Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Samtosha

L’histoire de l’humanité et du petit d’homme nous montre que se tenir debout n’est pas allé de soi. Notre posture verticale nous permet de voir large, de communiquer face à face, de donner et de prendre grâce à la libération de nos membres supérieurs. Notre façon de nous tenir laisse percevoir, au fond, notre histoire et notre tendance intro ou extravertie.

Notre conscience du corps et de notre posture s’affine grâce à des connaissances anatomiques. La position debout sur nos pieds, grâce à la proprioception nous permet l’équilibre et la marche. Les chaînes musculaires et les fascias se répondent et nous comprenons qu’une déficience dans une partie du corps entraîne des tensions dans une autre région et empêche de nous tenir droit et stable.

Ce qui fait obstacle à notre verticalité est la fermeture des deux ceintures : pelvienne et scapulaire. Les postures et la respiration nous amènent peu à peu à mieux nous redresser car entre ces deux ceintures, notre arbre de vie qui s’allonge permet alors aux disques intervertébraux et aux nerfs d’être décompressés, de laisser circuler librement les fluides, ce qui  nourrit l’ensemble du corps et du cerveau, améliorant ainsi la santé physique et psychique.

Il n’est pas aisé d’obtenir une posture ferme et aisée. Cela nous demande une vigilance sans tension. La présence au souffle est d’une grande aide pour trouver le juste milieu entre la crispation et la détente.

Ce que nous vivons sur notre tapis n’est pas seulement d’ordre physique et psychique. L’attention que nous cultivons nous ouvre à une dimension spirituelle, celle d’être connecté à l’infini présent. Quoi de plus concret !

En effet, la dispersion du mental nous empêche de vivre la réalité de l’instant et dilue notre énergie.

Si l’horizontalité se définit par le mouvement physique et/ou mental dans le temps chronologique (le passé ou futur), la verticalité se traduit par l’arrêt (le présent). Sur cette ligne horizontale, combien de lignes verticales pouvons-nous tracer chaque jour? Aucune, ont répondu certains !

Cet arrêt peut se réaliser dans l’immobilité ou le mouvement puisque cet arrêt est comme le projecteur qui éclaire le film, c’est la conscience que nous avons à cet instant sur ce que nous sommes en train de penser, de dire ou de faire.

Rester ainsi centré et se libérer de nos automatismes ne va pas de soi et nous comprenons que nous n’obtiendrons rien sans un minimum de pratique. Si se déposer sur le tapis ou le coussin de méditation nous permet de réaliser cette incessante dispersion, nous nous entraînons aussi à ce que cette pratique de la vigilance s’utilise partout et tout le temps. Toutes les expériences deviennent des opportunités pour s’élever. 

Grâce à  cette écoute constante nous savons ce que nous sommes en train de vivre, nous ressentons avec notre corps ce qui est bon ou non pour nous et cela nous permet alors de changer éventuellement notre trajectoire. 

Cette présence, non seulement nous évite les souffrances à venir mais surtout nous ramène dans notre état naturel de tranquillité, de paix, de joie et d’ouverture au ruisseau infini de la Vie.

Marie-Eve

Lors de la première session, j'avais lu ce texte (une pépite!) de Marie (et oublié de le lire pour la seconde)

Il est nécessaire de nous mouiller à l'eau trouble de nos failles, de goûter à l'amer salé de nos larmes, de plonger dans les profondeurs du cœur de nos entrailles.
Alors seulement peut émerger à notre propre surface le pur nectar du Soi.
Pas d'ascension sans immersion.

Il est nécessaire d'anéantir tous les orgueils de notre ego, de creuser la tombe du cadavre de nos illusions, de faire le deuil de notre propre chaos.
Alors seulement pourront tomber en lambeaux les vieilles peaux qui recouvrent la précieuse soie du Soi.
Pas de reconstruction sans destruction.

Il est nécessaire d'avoir été intérieurement ébranlé par la traversée de zones de turbulences pour pouvoir laisser enfin la Vie danser en soi.
Alors seulement, nous serons prêts à jouir de notre juste place : au centre de Soi.
Pas d'évolution sans révolution.

                                                                                                        Marie ॐ

Et puis, j'ai envie de vous remercier tous. Vos retours positifs me donnent envie de poursuivre. Si ces moments m'enrichissent sur divers plans, je sens que j'ouvre aussi chez vous des perspectives qui peut-être ne demandaient que cela :-)

Résumé des dernières Matinées du yoga

Commenter cet article

marie 20/02/2015 08:38

merci pour tes textes, ce sont des pépites pour moi , et je les envoie à ma filles